• Bataille de Verdun

    Un timide rayon de soleil perce le ciel nuageux,
    Effleure de ses doigts solaires les stèles blanches
    S’étendant à perte de vue devant mes yeux
    Telles des nappes de dentelles tissées sur fond de revanche.
    La terre de tout son soûl boit du vin coûteux
    Et se souvient des enfants de la ville fleurie
    Dont les neuf chœurs s’éteignirent, à jamais silencieux.
    De ces millions d’arbres désossés survivent les hêtres, chéris
    Jusqu’aux racines de l’Histoire pour leurs actes courageux
    Résonnant dans les cratères. Une Histoire de combats,
    Celle d’une bataille, menée contre le destin, qui reste en mémoire
    Et inscrit dans le temps son message de gloire :
    « On ne passe pas ».


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :