• Citadelle

     

    Mystérieuse est l’âme bienveillante
    D’une créature aux atours embrumés
    Par cette cape de vert éclatante
    De finesse discrètement suggérée.

     

    A l’apogée des âges,
    Tu ne cesses de grandir
    Parmi les esprits et les dires
    Dans le secret de mes pages.

    J’aimerais tellement avoir
    Ta volonté de  croire
    A ce vide libérateur
    Et ces abîmes de blancheur.

     

    Vertige ! Pâle aube reflétant
    Ces immenses ombres pointues
    Sur lacs et sommets obtus
    Qui surplombent mon étonnement.

     

    A quelle pointe serais-je piquée,
    A quelle sagesse vais-je te confronter
    Pour enfin briser ces murs de silence
    Longtemps restés sans défenses.

    Belle dormeuse des temps,
    La malicieuse plume du vent
    Viendra murmurer ses chants
    A ta délicate fraîcheur d’enfant :

    «Adèle, cite l’horizon bleuté,
    Cite les mœurs oubliées,
    Cite les hirondelles enchaînées,
    Cite Adèle, cite-les … »


  • Commentaires

    1
    Samedi 8 Août 2015 à 15:20

    C'est une citadelle dans laquelle on ne rentre pas facilement et qui résonne d'accents hugoliens...

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :