• Le fort

     

    Je lève les yeux
    Vers cette petite mésange bleue
    Qui me regarde d’un air curieux.
    Du haut de cet arbre creux,
    De la mousse verte plein le bec,
    Elle me tourne le dos et s’envole aussi sec
    Pour se poser en équilibre précaire
    Sur un rebord fait de roches et de terre.
    Après tant de mystères,
    Elle finit par rentrer dans son petit repère
    Bien dissimulé parmi les pierres.
    Celles-ci s’enfoncent dans la végétation
    Et semblent former comme un pont
    Au centre duquel j’aperçois une inscription
    -Il y est noté « Poterne » suivi d’un numéro-
    Encore lisible malgré les maux
    Qu’elle a traversée, érodée par l’eau
    Et par les larmes des martyres
    Qui ont creusées des sillons dans leur peau
    A constamment la lire.
    Une inscription qui en ce lieu veut tout dire
    Car une telle verdure ne pourra jamais
    Faire tomber dans l’oubli ces êtres laids
    Ayant détruit nombre d’hommes de paix.
    Ni ce volet rouillé planté
    Silencieusement dans l’herbe ensoleillée
    Ni ce vestige de mur écrasé
    Par l’âge dans ces lieux ombragés
    Ne parviendront à faire capituler
    Ces milliers de cœurs ici-même enterrés.


  • Commentaires

    1
    Mercredi 20 Septembre à 15:41

    *^* :') ♥ +

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :